Homélie du dimanche 27 janvier 2019

  


Le message de l’Évangile de ce dimanche se résume à un mot : « Aujourd’hui ! »

Jésus après voir lu à la synagogue un passage du livre d’Isaïe déclare solennellement : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre ! » Et c’est toujours ainsi quand nous lisons la Bible : tout ce qui est dit s’accomplit, se réalise pour nous « Aujourd’hui ». La religion chrétienne n’est pas comme on le dit souvent une religion du Livre comme la religion juive ou musulmane, mais une religion de la Parole, de la Parole Vivante. La Bible n’est pas pour nous un livre qui raconte ce qui s’est passé autrefois dans le peuple de Dieu, mais c’est la Parole Vivante de Dieu qui nous dit ce qui se passe, ce qui peut se passer dans notre vie aujourd’hui. Voyons donc comment la Parole d’Isaïe commentée par Jésus s’accomplit, se réalise pour nous « aujourd’hui » !

  • « Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle » : c’est aujourd’hui que Jésus nous porte la Bonne Nouvelle et la Bonne Nouvelle, l’Évangile, c’est quoi ? C’est Jésus qui nous dit : « Je suis là avec vous… Je vous apporte Dieu, un Dieu qui vous aime, un Dieu qui veut vous aider, vous offrir la force de son amour, un Dieu qui ne veut pas rester loin derrière les nuages mais qui se veut proche de vous, un Dieu qui vous tend la main pour faire alliance avec vous, un Dieu qui vous donne son Esprit, son souffle, pour vous faire vivre de sa vie, pour vous faire vivre en enfants de Dieu… » Alors oui aujourd’hui accueillons la Bonne Nouvelle : laissons Dieu nous transformer pour que notre vie ne soit plus seulement une vie humaine mais une vie divine, une vie d’enfants de Dieu.
  • Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres : le pauvre, c’est celui à qui il manque quelque chose, celui qui est dans le besoin, qui ressent un vide en lui, celui qui attend une aide, un soutien, celui qui est ouvert…

Aujourd’hui Jésus dit aux pauvres de toute sorte : tu manques de raisons de vivre, tu trouves que la vie n’a pas de sens, qu’elle est vide et mène nulle part, eh bien, moi je te dis : « Je suis le chemin, la vérité, la vie…, je suis le sens de ta vie. Viens ! Suis-moi et je te conduirai vers le bonheur, le bonheur d’une vie pleine, d’une vie remplie de Dieu. »

Tu manques d’espérance, tu as peur de l’avenir, tu es inquiet parce qu’on ne sait pas où on va, où va le monde, eh bien moi je te dis : « Confiance, c’est moi, n’aie pas peur… Je suis avec toi, avec tous les hommes jusqu’à la fin du monde. Je travaille le monde pour qu’il devienne mon Royaume : crois à ce Royaume qui vient, vis dans cette espérance et ta vie terne et sombre deviendra lumineuse ! »

Aujourd’hui Jésus dit aux pauvres d’amour, à ceux qui manquent d’amour, qui souffrent de l’indifférence et de l’individualisme modernes, à ceux qui se sentent méprisés par les grands de ce monde, à ceux qui sont en colère parce qu’ils ne sont pas reconnus, pas entendus, pas valorisés, pas écoutés, à tous ceux-là Jésus dit aujourd’hui : « Je t’aime… Tu as du prix à mes yeux, tu es précieux pour moi, tu es unique. Crois à ta dignité, à ta différence, affirme-toi au milieu des autres, prends ta place et aide les autres à prendre la leur, tisse des liens avec eux, ose la fraternité… Je mets mon amour dans ton cœur, alors aime, aime-toi, aime les autres et quand tu vivras cet amour fraternel, alors ce sera pour toi aujourd’hui l’Évangile, la Bonne Nouvelle de l’amour, de l’amour possible ! »

  • « Il m’a envoyé… annoncer aux captifs leur libération ! » Des captifs, des prisonniers il y en a de toute sorte.

Aujourd’hui Jésus leur annonce cette Bonne Nouvelle : « Tu es prisonnier de ton ‘ego’, de ton moi, de ton image, de tes désirs, de tes passions, de tes envies et même de ton bien-être, de ton sacro-saint épanouissement, de ton sacro-saint développement personnel… Arrête de tourner autour de toi tout le temps, ouvre-toi à moi, à moi en toi, et je t’ouvrirai sur les autres, je t’apprendrai à faire passer les autres avant toi, à te donner aux autres. Alors ton cœur fermé, rabougri, recroquevillé sur lui-même se libèrera, s’élargira à l’infini sur tous les autres et tu goûteras la plus belle des libertés : celle d’aimer sans mesure.

« Tu es captif de tes addictions qui t’enchaînent. Tu es dépendant des écrans, de l’alcool, de drogues, d’habitudes malsaines… dépendant des autres, de leur regard, de leur influence et tu n’arrives pas à te délivrer de toutes ces chaînes. Alors descends au fond de toi pour y trouver ma Présence et la force de devenir toi-même, de faire émerger le meilleur de toi-même »

Aujourd’hui Jésus annonce aux captifs de l’agitation et de la pression modernes qui nous font perdre notre âme : « Tu es agité, excité, sous-pression en permanence, stressé… alors arrête-toi, viens avec moi, à l’écart, dans un endroit désert comme je l’ai dit souvent à mes disciples. Prends du recul, souffle, mets-toi face à toi, face à Dieu, abandonne-toi à lui, remets ta vie entre ses mains, laisse-toi porter par lui et tu trouveras alors l’apaisement, le calme intérieur, la sérénité, la sensation d’une profonde et paisible liberté !

Tu es prisonnier de ton intelligence qui veut tout comprendre, tout rationaliser et qui t’empêche de prendre ton envol dans la foi : accepte que des choses te dépassent, accepte le mystère, plonge dans le mystère de la vie, dans le mystère de l’homme, dans le mystère de Dieu… et ta foi se déploiera et te libèrera à l’infini !

  • « Il m’a envoyé… annoncer aux aveugles qu’ils trouveront la vue » Des aveugles il y en a de toute sorte et Jésus leur dit aujourd’hui : « Tu es aveuglé, perdu, tu ne sais plus où est le bien et le mal, ce qui est vrai, ce qui est faux, reçois ma lumière, la lumière de mon Esprit, et je t’apprendrai à discerner, à faire les bons choix, à choisir le bon chemin.

« Tu es aveuglé par les valeurs mondaines, l’argent, la réussite, la gloire, le succès, la médiatisation, tu ne vois que ça, ne recherches que ça et tu es malheureux, insatisfait. Ouvre plutôt les yeux sur ceux qui t’entourent, sur leurs besoins, leurs manques, et essaie d’y répondre, essaie d’être utile et tu verras alors que ta vie prendra tout son sens.

Tu es aveuglé par le matérialisme qui ne te fait voir que ce qui est terre à terre, technique, mesurable, consommable, achetable, apprends à ouvrir les yeux de ton cœur pour voir l’invisible, le monde spirituel, la présence de Dieu dans toutes les valeurs vécues qui élèvent vers Lui !

  • « Il m’a envoyé… remettre en liberté les opprimés… » Les opprimés, ce sont tous ceux qui sont écrasés par les pouvoirs en place ou par les malheurs de la vie, tous ceux qui sont exploités, manipulés, tous ceux qui ont été abusés, tous ceux qui n’ont plus leur destin entre leurs mains… Aujourd’hui Jésus leur dit : « Rien n’est joué définitivement, rien n’est perdu pour toujours. Je suis avec toi, je viens vers toi, je viens te sauver, t’aider à sortir de cet enfer, de cette oppression… Avec moi, avec ma force intérieure, tu peux reprendre ta vie en mains, reconquérir ta liberté, ton pouvoir d’être ce que tu dois être et non plus ce qu’on a fait de toi. Deviens toi-même, libère-toi ! »

Oui, avec le Christ, quand on croit en lui, c’est chaque jour l’Aujourd’hui de Dieu, le moment favorable, le moment de l’accueillir pour qu’il nous libère de ce qui nous emprisonne, de ce qui nous aveugle, de ce qui nous opprime et pour qu’il nous donne la plus grande des libertés : celle d’aimer, d’aimer la vie, de nous aimer nous-mêmes, d’aimer les autres et bien sûr d’aimer Dieu par-dessus tout et en tout.

Amen

Père René Pichon