HOMELIE du 3ème DIMANCHE de PAQUES- le 5 mai 2019


Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous donnent de magnifiques exemples de ce qu’est la tendresse. Regardons d’abord Pierre dans l’Evangile, Pierre, le rude pêcheur, qui a renié Jésus et qui l’a ensuite si profondément aimé. Pierre, le vieil homme qui court avec Jean, le jeune, au tombeau de Jésus pour découvrir qu’il n’y est plus. Et bien, ce Pierre a été littéralement « soufflé » par la résurrection du Seigneur. Quand il en parle, c’est les yeux plein de larmes, c’est un passionné. D’ailleurs « plouf », Pierre a plongé, à la vue du Seigneur, pour le rejoindre. Sommes-nous prêts à faire « plouf », sommes-nous prêts à nous jeter à l’eau pour le Seigneur ? Sommes-nous prêts à nous mouiller pour le Seigneur ? Regardons aussi Jésus Ressuscité dans l’Evangile : il est là au milieu d’eux, ils préparent le repas, du pain et des poissons : c’est Lui qui invite comme il nous invite à son eucharistie aujourd’hui , comme il est là au milieu de nous plein de tendresse pour chacun de nous. Oui, la tendresse, c’est lorsque, ressuscité, il mange avec ses disciples inquiets de ne plus le voir. La tendresse, c’est quand tu pries simplement avec ceux et celles qui pleurent. C’est quand tu es là, silencieux auprès d’un malade. C’est quand tu donnes ton sourire et ta visite à des personnes fatiguées de la vie.

Il s’agit simplement d’aimer comme le Seigneur nous le demande, avec délicatesse, avec attention, avec des petits riens qui font toute la différence …bref, avec tendresse, cette tendresse qui parfume les relations humaines. Il s’agit aussi  de se laisser aimer par le Seigneur et par les autres aussi. Mais peut-on raisonnablement se comporter comme le Christ nous le demande, dans le monde, dans notre société telle qu’elle est souvent si violente, si angoissante avec un cœur plein de tendresse ? Oui, car Dieu ne cesse de proclamer la valeur sacrée de la personne humaine jusqu’à se faire homme parmi les hommes ..oui, nous avons chacun de la valeur, du prix…un conférencier commence un séminaire en tenant bien haut un billet de 20 Euros. Il demande aux gens : « qui aimerait avoir ce billet ? ». Tandis que les mains  se lèvent, il dit : « Je vais donner ce billet de 20 euros à quelqu’un d’entre vous, mais avant, laissez-moi faire quelques chose avec. » Il chiffonne alors le billet avec force et demande : « Est-ce que vous voulez toujours de ce billet ? »…les mains continuent de se lever. « Bon, d’accord , dit le conférencier, mais que se passera-t-il si je fais cela ? » . Cette fois, il jette le billet froissé par terre et saute à pieds joints autant que possible, dessus, en le recouvrant des poussières du plancher. Ensuite il demande « qui veut encore avoir ce billet ? ». Evidemment, les mains s’élèvent. « Mes amis, dit-il, vous venez d’apprendre une leçon : peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n’a pas changé. Il vaut toujours 20 euros »…plusieurs fois, dans votre vie, vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou les évènements, vous aurez l’impression que vous ne valez rien, mais en réalité, votre valeur n’aura pas changé aux yeux de Dieu, aux yeux des gens qui vous aiment ! La valeur d’une personne ne tient pas à ce qu’elle fait ou pas, car elle peut toujours se relever et recommencer.

Comme Marie-Madeleine, comme Jean, comme les deux disciples d’Emmaüs, comme les Apôtres, ils ont tous fait l’expérience de la rencontre avec le Seigneur Ressuscité et ils sont envoyés pour proclamer cette bonne nouvelle : Jésus confie à chacun la responsabilité de rapporter que le Seigneur, Il nous fait vivre ! Des chrétiens se posent souvent la question : pourquoi devons-nous parler de notre foi chrétienne ? Ne s’agit-il pas d’une affaire privée ? Les meilleurs chrétiens ne sont-ils pas ceux qui se contentent de vivre leur vie de chrétien dans la discrétion, sans en parler autour d’eux pour ne pas heurter, pour ne pas gêner ? Une première réponse à cela est simple : pour que cette personne ait la foi, quelqu’un a bien dû un jour lui parler du Christ. On pourrait ajouter qu’il existe plusieurs bonnes raisons de parler de Jésus aux autres : C’est d’abord une demande de Jésus-Christ. Ce commandement qui est « d’aller », apparaît dans le Nouveau Testament 233 fois.  Les autres en ont besoin. Le monde en a tant besoin. Pour beaucoup de gens la vie dans notre société c’est « métro, boulot, dodo », ou alors une vie d’immense solitude. La célèbre chanteuse Sinead O’Connor a déclaré dans un entretien : « On se sent vide, parce qu’on a balayé la spiritualité de nos vies. Comme on ne sait plus comment exprimer ce qui est en nous on essaie de combler ce vide avec l’alcool, la drogue, le sexe, l’argent, les philosophies orientales. Et partout, des gens hurlent pour la vérité. » Les gens recherchent quelque chose de plus; ils cherchent un sens plus profond, un but pour leur vie. La réponse se trouve en Jésus-Christ qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie » !!!

L’histoire commence lorsqu’une mère punit sa fille de 5 ans pour avoir gaspillé un rouleau de papier aluminium. Comme les ressources étaient précaires, la mère devint encore plus irritée quand elle découvrit que sa fille avait utilisé le papier pour envelopper une boîte cadeau qu’elle avait déposé sous l’arbre de Noël. Quoiqu’il en soit, la petite fille offrit quand même à sa mère le matin de Noël le présent qu’elle avait soigneusement enveloppé en lui disant : « voici maman, c’est pour toi ! » La mère visiblement embarrassée par sa réaction exagérée de la journée précédente, ouvrit le cadeau pour ce rendre compte que la boîte était vide. Elle parla à sa fille d’une manière sévère : « ne sais-tu pas que quand on offre un cadeau à quelqu’un, il doit y avoir quelque chose à l’intérieur de la boîte ». La petite fille en larmes répondit à sa mère : «  oh maman, la boîte n’est pas vide, je l’ai remplie de baisers jusqu’à ce qu’elle en soit pleine avant de l’emballer » . La mère complètement renversée, tomba sur ses genoux et prit sa fille dans ses bras et lui demanda de lui pardonner pour les paroles dures qu’elle avait prononcées. Il n’existe aucun cadeau plus précieux que l’amour exprimé tendrement !… Et bien l’Eucharistie, c’est cela : recevons ces baisers du Seigneur, des baisers invisibles mais bien réels, car il n’existe aucun cadeau plus précieux que l’amour de Dieu exprimé tendrement dans l’Eucharistie !