Homélie du dimanche 2 Février 2020

Dimanche de la présentation du Seigneur au Temple

Lc 2, 22-40

            C’est la fête de la chandeleur et mon homélie d’aujourd’hui se veut une méditation sur nos chandelles allumées, nos cierges allumés que nous avons portés pendant la procession d’entrée pour acclamer, avec le vieillard Syméon, Jésus lumière des Nations.

            Que représente notre cierge allumé ?

            Il représente la lumière de la foi, le feu de l’amour, la flamme de l’espérance, le bien-être de la présence de Dieu, la paix du cœur, la joie de suivre le Christ, bref tout ce qui caractérise la vie chrétienne.

  • Notre cierge allumé représente la lumière de la foi qui éclaire le monde. La foi éclaire notre intelligence en lui donnant des raisons de vivre et des valeurs à vivre. Tous les hommes s’interrogent à tout âge sur la vie, surtout à l’adolescence et dans la jeunesse : « Pourquoi suis-je sur terre ? Pour quoi, pour qui vivre ? Pourquoi la mort ? Quel est le sens de la vie ? Y a-t-il une autre vie, une vie après la mort ? Qu’est-ce qui est bien, qu’est-ce qui est mal ? Que dois-je faire ? Quelles valeurs vivre ? »

À ces questions chacun répond à sa manière mais notre foi chrétienne c’est cette lumière qui donne à notre intelligence les réponses que le Christ nous apporte lui qui est « le chemin, la vérité et la vie » ! Le Christ nous dit qu’il est le sens de la vie, que vivre vraiment c’est le suive en vivant les valeurs de l’Évangile, les valeurs qu’il a vécues lui-même : il est notre lumière, la « lumière du monde » comme il le dit lui-même. Notre bonheur de chrétiens est là : nous, grâce au Christ, lumière de notre route, on sait où on va, ce qu’il faut faire ici-bas, ce qu’il faut espérer : la vie éternelle.

  • Notre cierge allumé représente le feu de l’Amour qui nous réchauffe et réchauffe les autres :  la lumière du cierge, c’est un feu, si on le touche il nous brûle, si on s’en approche il nous réchauffe comme un bon feu de bois nous réchauffe quand on a froid et qu’on s’approche de lui. Le feu qu’on voit, qu’on porte sur notre cierge, c’est le symbole de l’amour qui réchauffe notre cœur au point de nous donner parfois comme aux disciples d’Emmaüs « un cœur tout brûlant ! » C’est le symbole de l’amour qu’on porte aux autres, qui réchauffe les autres, quand on est généreux, dévoué, disponible, serviteur engagé, donné aux autres. C’est donc le symbole de la foi vécue, de l’Évangile vécu car le grand message de l’Évangile c’est évidemment « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ! »
  • Notre cierge allumé représente la flamme de la confiance et de l’Espérance. La lumière de notre cierge, c’est une lumière qui éclaire, c’est un feu qui réchauffe, c’est une flamme qui vit : elle symbolise la flamme qui nous anime, quand on a de la confiance, de l’espérance, de la motivation, de l’enthousiasme. Quand on est animé par cette flamme, ce souffle, on vit vraiment, on va de l’avant, on a des projets, on est dynamique, on agit, on croit à l’avenir, on bâtit l’avenir avec confiance… Si cette flamme s’éteint, on ne vit plus, on s’éteint, on se meurt, c’est la nuit de la foi, c’est la mort. Plus on fait confiance au Christ, plus on a de l’Espérance pour cette vie et pour la vie éternelle !
  •  Notre cierge allumé représente le bien-être de la Présence de Dieu. Quand on voit une lumière allumée dans une maison, on dit : « il y a quelqu’un ! » Je peux m’arrêter, je peux aller frapper à la porte, quelqu’un m’accueillera et on pourra passer ensemble un bon moment ! » Quand il n’y a pas de lumière, que tout est éteint, c’est le vide, c’est l’absence ! Notre cierge allumé symbolise la Présence de Dieu dans notre vie, dans tout ce que nous vivons, notre travail, nos activités, nos rencontres, nos responsabilités, nos joies, nos épreuves, nos souffrances mêmes ! Notre vie n’est pas vide, elle est riche d’une Présence partout, en tout temps, en tout lieu ; il suffit de s’arrêter, de se recueillir et on prend alors conscience de cette Présence de Dieu qui nous fait du bien, qui nous réconforte, nous apaise, nous encourage, nous procure un grand bien-être, le bien-être spirituel, le bonheur d’être habité, tout le contraire du vide, de l’absence. C’est pour cela qu’on prie dans les églises, dans nos oratoires, ou seul chez nous avec un cierge allumé : il symbolise la présence de Dieu à qui on peut parler, se confier, s’ouvrir pour se remplir toujours plus de lui et de sa plénitude !
  • Notre cierge allumé représente la paix du cœur : c’est tout petit, tout fragile la flamme d’un cierge allumé, un rien et ça s’éteint mais c’est beau et le regarder, le contempler, ça apaise, ça adoucit le cœur, ça nous met dans les dispositions de Jésus « doux et humble de cour », ça nous apporte la paix du Christ, cette paix qui n’est pas celle du monde, mais celle de son cœur doux et humble. C’est tout le contraire de l’orgueil des puissants, des méchants, des agressifs, des violents, c’est donc bien le symbole de la paix d’un cœur doux et humble.
  • Notre cierge allumé représente enfin, pour moi, mais il y a certainement beaucoup d’autres significations : la joie de suivre le Christ. On met des bougies allumées sur un gâteau d’anniversaire, on illumine les villes pour les fêtes de Noël et de fin d’année, on allume des feux d’artifice pour célébrer les grandes fêtes humaines, la lumière c’est donc la fête, la joie des hommes. Eh bien  notre cierge allumé, c’est le symbole de notre joie d’être chrétien, notre joie de suivre le Christ, notre joie de vivre le vrai bonheur, le bonheur des béatitudes, le bonheur des cœurs ouverts, désencombrés des fausses richesses et de l’orgueil qui durcit le cœur, le bonheur des cœurs purs, des cœurs sensibles, des cœurs, doux et pacifiques, des cœurs justes, ajustés au cœur de Dieu. Notre joie n’est pas la joie tapageuse, bruyante des feux d’artifices qui veulent en mettre plein la vue mais la joie discrète, simple, profonde, intime qu’un petit cierge allumé représente bien.

En cette fête de la présentation au Temple de Jésus, Lumière des nations, en cette fête de la chandeleur, avec nos cierges allumés chantons donc et remercions le Christ pour la foi qui éclaire notre route, pour l’amour qui réchauffe nos cœurs, pour la confiance et pour l’espérance qui nous dynamisent, pour la présence de Dieu qui habite nos vies, pour la paix profonde qui descend au plus profond de nous, pour la joie de marcher à la suite du Christ, Lumière du monde.

Amen !

Père René Pichon