Prière d’un prêtre italien en quarantaine dont le frère prêtre est mort du covid-19)

« JE RESTE À LA MAISON, SEIGNEUR ! »    

Je reste à la maison, Seigneur ! Et aujourd’hui, je m’en rends compte,

tu m’as appris cela, demeurant obéissant au Père, pendant trente ans dans la maison de Nazareth,

en attente de la grande mission.

Je reste à la maison, Seigneur, et dans l’atelier de Joseph, ton gardien et le mien,

j’apprends à travailler, à obéir, pour arrondir les angles de ma vie

et te préparer une œuvre d’art.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je sais que je ne suis pas seul parce que Marie, comme toute mère,

est dans la pièce à côté, en train de faire des corvées et de préparer le déjeuner

pour nous tous, la famille de Dieu.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je le fais de manière responsable pour mon propre bien,

pour la santé de ma ville, de mes proches, et pour le bien de mon frère, que tu as mis à côté de moi,

me demandant de m’en occuper dans le jardin de la vie.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et dans le silence de Nazareth, je m’engage à prier, à lire, étudier, méditer,

être utile pour les petits travaux, afin de rendre notre maison plus belle et plus accueillante.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et le matin, je te remercie pour le nouveau jour que tu me donnes,

en essayant de ne pas la gâcher et l’accueillir avec émerveillement, c

comme un cadeau et une surprise de Pâques.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et à midi, je recevrai la salutation de l’ange, je me rendrai utile pour l’amour,

en communion avec toi qui t’es fait chair pour habiter parmi nous ;

et, fatigué par le voyage, assoiffé, je te rencontrerai au puits de Jacob, et assoiffé d’amour sur la Croix.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et si le soir me prend la mélancolie, je t’invoquerai comme les disciples d’Emmaüs :

reste avec nous, le soir est arrivé et le soleil se couche.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et dans la nuit, en communion de prière avec les nombreux malades, les personnes seules et tous les soignants , j’attendrai l’aurore pour chanter à nouveau ta miséricorde et dire à tout le monde que, dans les tempêtes, tu as été mon refuge.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je ne me sens pas seul et abandonné, parce que tu me l’as dit :

je suis avec vous tous les jours. oui, et surtout en ces jours de confusion, ô Seigneur, dans lesquels,

si ma présence n’est pas nécessaire, je vais atteindre chacun, uniquement avec les ailes de la prière.

Amen