Homélie du SAINT JOUR de PAQUES !

Chers amis, «Le Christ est Ressuscité !». Mais est-ce que cette Bonne Nouvelle change quelque chose dans notre vie ? Car le monde devient, avec cette épidémie qui fait des ravages, à la fois un hôpital géant et un immense monastère !!!

CONCRETEMENT, QUE CELA VA-T-IL NOUS APPORTER que le CHRIST soit Ressuscité ?

Dans la vie du monde, je le crains, rien ne changera visiblement d’ici deux jours. Le virus, un peu partout, sème la misère ! Il est dit dans l’Evangile que les femmes au matin de la Résurrection allaient au tombeau « désemparées » …c’est peut-être notre cas en cette période si difficile que nous traversons. Pourtant, le Christ a vaincu la mort et son cortège de malheurs. Alors ? 

ALORS, PÂQUES, ÇA CHANGE TOUT ! À Pâques, Jésus nous invite à convertir notre regard sur ce monde que nous habitons et à y découvrir sa présence. Dieu demeure parmi nous : ce n’est pas un vieux souvenir, c’est une réalité actuelle. Que nous tombions dans les griffes du péché, le Christ nous dit « relève-toi et même si tu retombes, ne te résigne pas, relève-toi encore car mon Père te prendra par la main pour te relever comme Il l’a fait avec moi au matin de Pâques ! ». Que nous ayons des blessures difficiles à pardonner, confions-les au Père de Miséricorde car Il a envoyé son Fils pour nous guérir. Que nous ayons perdu des êtres chers, nous demandant où ils sont et ce qu’ils deviennent, sachons que le Seigneur Christ prend soin d’eux et les ramène avec lui par sa Résurrection d’entre les morts. Trop souvent, nous ne voyons que ce qui cloche… Le maître de la déprime chronique, le Malin, en profite : le découragement, c’est son arme secrète. Les nuages cachent le soleil ? Mais Pâques, précisément, c’est savoir que Dieu brille toujours au-dessus des nuages, même les plus épais. Dieu habite parmi nous, il est présent au cœur de notre vie, il nous délivre de la mort et du péché : voilà la Bonne Nouvelle ! Ce n’est pas une nouveauté ce que je dis là, mais c’est quand même une bonne nouvelle !

CE QUI CHANGE NOTRE VIE, C’EST DE VIVRE VRAIMENT EN PRÉSENCE DE DlEU. Ce n’est pas pour autant que nous aurons une tête de ressuscité chaque matin. Non, nous ne serons pas toujours souriant, en forme, irréprochable. 

Le jour de notre baptême, les quelques gouttes d’eau qui coulent sur notre front symbolisent la source d’eau qui se met à jaillir au fond de notre cœur, dans le sanctuaire intime de notre être, ce lieu sacré de notre personne où Dieu seul peut entrer. Un chrétien sait que Dieu n’est pas une borne d’incendie à laquelle on n’a recours qu’en cas d’extrême urgence, quand il y a le feu dans la maison.

Dieu est à la racine de mon être d’abord comme la source jaillissante de ma vie. Ma vie physique, biologique, ma vie intellectuelle, personnelle, consciente et libre. Le jour de mon baptême, une deuxième source se greffe sur cette source fondamentale perpétuelle. Le prêtre qui baptise n’est pas une espèce de sorcier mais un sourcier qui révèle la source d’amour du Père, du Fils et du Saint-Esprit, la source qui recrée. Cette source désaltère toutes les soifs inscrites au plus profond de moi : soif d’amour, soif de connaissance de Dieu, soif d’absolu, soif d’infini, soif de bonheur, soif de communion, soif de pardon. Seulement voilà, des dangers me guettent : Oublier l’existence de cette source et aller chercher bien loin dans des voyages artificiels ce que j’ai au-dedans de moi. Boucher cette source par mes péchés. La laisser s’ensabler parce que je ne m’en servirai pas assez. Il faut exercer la foi, il faut s’entraîner à l’espérance, il faut mettre en pratique les forces de charité pour qu’elles restent vives. Cette source ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ! Baptisés, nous avons dans le tréfonds de notre cœur plus qu’un trésor, plus qu’un force : c’est le Christ lui-même !

Un roi avait trois fils. Sentant sa mort venir, il voulait qu’un des trois hérite de son royaume. Il ne souhaitait pas le diviser. Il proposa alors le marché suivant. Le royaume sera à celui qui sera capable de remplir complètement la grotte se trouvant au fond du jardin. Pour ce faire, je donne à chacun une pièce d’or, dit le roi. Le premier fils qui était grand et fort décida d’acheter du bois et le coupa. Mais hélas, il ne remplit qu’une moitié de la grotte. Le deuxième, plus fainéant, acheta des plumes mais il ne remplit que la grotte au trois-quarts. Quant au troisième, il n’avait pas beaucoup d’idées. Il avait cependant un grand coeur. En chemin vers le magasin, avec sa pièce d’or il acheta de la nourriture pour une famille qui avait faim, il paya un nouveau toit pour le logement d’une autre et fit mille et une autres choses. Arrivé au magasin, il ne lui resta qu’une toute petite piécette avec laquelle il acheta une bougie. Il revint vers la grotte, alluma la bougie et la lumière de la flamme emplit toute la pièce. C’est lui, grâce à l’élan de son coeur, qui hérita du royaume. Mon histoire n’est qu’un conte mais nous aussi aujourd’hui nous sommes devant une grotte, celle où Dieu le Fils a été déposé et est ressuscité. Telle est notre foi et nous vivons pleinement de la lumière du mystère de sa résurrection. Cette lumière est une invitation à vivre intensément et à fonder nos vies sur des valeurs éternelles sans jamais oublier qu’une simple petite flamme, celle du Christ peut éclairer notre vie. Que la lumière de Pâques soit alors aussi la lumière qui emplit nos vies !

 « Pâque » en hébreu « passage » veut dire aussi que toute résurrection implique une mort, pour passer à autre chose…et notre vie humaine est remplie de passages… Cela commence dès la naissance, premier passage. …vous avez tous en tête des situations de petits ou grands passages. Chaque étape, chaque passage de notre vie nous demande un renoncement mais pas pour nous anéantir, pour nous faire grandir, nous renouveler, nous ressusciter à une vie nouvelle. Avec l’épidémie qui se propage dans le monde, chacun de nous vit également un passage …notre monde vit un passage : il y aura un avant et un après ! Que ce temps de confinement soit une occasion pour nous recentrer sur le sens de nos existences, sur notre relation avec le Sauveur ! Le Christ est ressuscité avec ses plaies pour nous montrer qu’Il peut faire de toute blessure un chemin : même d’un mal, Dieu faire surgir un grand bien …et il n’y a que Lui pour faire ça !!!

SI NOUS CROYONS EN DlEU COMME UNE RÉALITÉ LOINTAINE QUI NE CONCERNE QU’UNE HEURE le dimanche matin, il y a de fortes chances, que 

notre vie continue son petit bonhomme de chemin sans que cette fête de Pâques ne la transfigure… Alors ?

Alors, le Christ habite non seulement parmi nous, mais aussi en nous.

Alors, laissons-nous changer par la présence en nous de Jésus ressuscité.

Alors, grandissons dans sa Présence.

Et ça, si ce n’est pas une nouveauté, c’est une aventure ! 

CHRIST EST RESSUSCITE, ALLELUIA !!!

                                                                     P Jérôme MARTIN