Homélie du dimanche 18 Juillet 2021

16e dimanche du Temps Ordinaire

Mc 6, 30-34

« Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu » dit Jésus à ses disciples et à nous aujourd’hui. Le repos n’est pas un luxe mais une nécessité, une nécessité voulue par Dieu, par le Christ.

Quel repos Jésus nous propose-t-il ?

  • Le repos de Jésus n’est pas le repos qui fait le vide mais le repos qui fait le plein, le repos basé sur l’oubli mais le repos basé sur la mémoire ! Bien souvent surtout pendant les vacances les gens disent : « Je vais me reposer, pour cela, je vais faire le vide dans ma tête, ne penser à rien, ne plus penser à mes soucis, à mes projets, à mes responsabilités, à ce que j’ai fait, à ce que je devrais faire ; je vais essayer de tout oublier pour repartir à neuf. Ce repos qui fait le vide n’est pas le repos de Dieu. Quand Dieu crée le monde, après chaque journée de création, Dieu s’arrête, regarde ce qu’il a fait et il goûte ce qu’il a fait : « il vit que cela était bon » dit la Genèse. Et le septième jour Dieu se repose totalement pour goûter le bonheur de ce qu’il a fait et bien fait. C’est ce repos que nous propose Jésus : avec Lui ne faisons pas le vide ou oubliant tout, en ne pensant à rien, au contraire faisons mémoire de tout ce que nous avons fait, souvenons-nous de tout ce que nous avons fait pour goûter ce qui a bien marché, ce qui a progressé, ce que nous avons réalisé, oui ruminons tout ce que nous avons vécu pour nous en nourrir, pour nous encourager, pour y trouver l’élan, l’énergie, la force d’un nouveau départ. Et si en repensant à tout ce que nous avons vécu, on voit des choses qui n’ont pas marché, qui ont échoué, on en tire des leçons de vie, on se remet en cause, on voit ce qu’il faut faire pour ça aille mieux désormais, on se dit : « allez, je vais faire mieux ! » Se reposer avec Jésus, c’est donc refaire ses forces, refaire le plein d’énergie en goûtant ce que nous avons fait de bien et en décidant de mieux faire ce qu’on a fait de moins bien. Concrètement, pour nous reposer ainsi chaque soir, chaque semaine, chaque année avec les vacances d’été, pratiquons la relecture de vie, regardons, relisons ce que nous avons vécu dans la journée, dans la semaine, dans l’année. Comme Dieu, voyons comment c’est bon ou comment ça pourrait l’être et ça nous donnera l’élan de nouveaux départs pour le lendemain, pour la semaine à venir, pour la nouvelle année à vivre !
  • Le repos de Jésus n’est pas le repos des vacances où l’on plonge et se noie dans l’agitation, dans le bruit, dans la foule des plages, des concerts, des festivals, des lieux de tourisme saturés de monde. Le repos de Jésus, c’est le repos du silence, du calme, de la solitude pour se retrouver face à soi, pour prendre conscience de ce que l’on devient, pour se regarder en face comme dans un miroir afin de mieux nous aimer nous-mêmes. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » dit Jésus. Pour s’aimer soi-même il faut, comme Jésus le dit dans l’Évangile de ce dimanche, se mettre à l’écart de la foule, à l’écart des autres, aller dans un endroit désert pour être seul face à soi dans le silence. Et là il faut regarder ce que l’on devient, goûter ce que l’on devient et ce qu’on pourrait devenir, aimer ce que l’on devient et ce qu’on veut devenir. Alors on se sent bien avec soi-même, c’est en nous le calme, la sérénité, la paix, le repos intérieur.

  • Le repos de Jésus n’est pas le repos du divertissement, de l’amusement mais le repos du ressourcement, du ressourcement spirituel. On a tous besoin de se divertir, de s’amuser, de jouer, ça nous détend, ça nous fait du bien mais le repos de Jésus ce n’est pas cette détente mentale qui fait du bien, le repos de Jésus c’est le repos spirituel, le ressourcement spirituel, c’est la mise en Présence de Dieu, c’est éprouver le bien-être de cette Présence, c’est goûter cette Présence de Dieu, s’en remettre à Lui, s’abandonner à Lui, se laisser porter par Lui. Quand on sent que Dieu est en nous, avec nous, on se sent plus léger, plus confiant, on n’est plus seul pour porter le poids de la vie, on sent que Dieu nous soutient, nous porte, la vie devient plus facile, plus reposante. Ce repos spirituel, Jésus l’explique quand il nous dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui mon joug est facile à porter et mon fardeau léger… » (Mt 11, 28-30

Le repos spirituel, c’est donc le repos de la prière, de la méditation, de la mise en Présence de Dieu, du cœur à cœur avec le Christ doux et humble de cœur qui nous attelle à Lui pour porter nos fardeaux avec nous.

L’été, les vacances, c’est par définition le temps du repos. Pour que ce repos soit celui que Jésus nous propose, prenons les moyens d’apprécier et de goûter tout ce que nous avons déjà fait jusqu’à présent et tout ce que nous voudrions faire désormais, d’apprécier et de goûter ce que nous devenons personnellement, d’apprécier et de goûter la Présence de Dieu et du Christ en nous allégeant de tous nos fardeaux. Quand on goûte ce que l’on fait, ce qu’on est, ce que Dieu est, on se sent bien, on retrouve le souffle, on retrouve des forces neuves, de l’élan, de l’énergie, c’est le repos que Jésus nous propose.

Amen !

Père René PICHON